Sélectionner une page

Introduction. Le cas de Charybde, de Scylla et des Furies permet d’avancer dans l’interprétation de cette ambivalence. De la mégère à la furie, en passant par la harpie, elle témoigne d’un évident tropisme de la femme dévorante et assassine. Poil et Pouvoir, L’Autorité au fil du rasoir. On y voit la déesse Minerve, assise et casquée, remettre à Hercule un décret qui abolit les vices de l’Ancien Régime. Start typing to see results or hit ESC to close. Un terrible constat s’impose sur la longévité et la ténacité des regards péjoratifs portés sur les femmes et la féminité. Elle est certes la cause des malheurs et des souffrances des humains, mais sa faute les entraîne vers l’éclosion de qualités qu’une exemption de telles souffrances n’aurait pu provoquer. Hésiode, le premier, raconte l'histoire poétique de cette Ève des Grecs : la première femme fut fabriquée avec de la terre par Héphaïstos, douée de la vie par Athéna (ou Hermès), et parée par les dieux de l'Olympe de toutes les grâces et de tous les attraits, autant de dangereuses séductions. Génies féminins ailés, à la chevelure mêlée de serpents, brandissant torches et fouets, ces « chiennes », comme les textes les appellent, harcèlent leurs proies, qu’elles acculent à la démence. La féminité maléfique dans la mythologie gréco-romaine et biblique. De ce fait, Pandore se trouve à l’origine de la misogynie, puisque le mythe fait de la première femme le bouc émissaire de la misère du monde. Aux côtés de son époux, Pandore jouissait de la vie et savourait son bonheur. Elpis est souvent traduite par « espérance », ce qui est une vision plutôt chrétienne des choses. Cela révèle, en creux, l’ampleur des craintes et terreurs masculines envers la féminité et la femme. Pandore est donc une figure ambivalente.
Pandore a été créée sur l'ordre de Zeus qui voulait se venger de Prométhée, car ce dernier avait volé le feu aux dieux pour le donner aux hommes.Elle fut fabriquée dans de l'argile par Héphaïstos, et Athéna lui donna la vie, puis l'habilla et lui apprit l'habileté manuelle et le tissage. L' Aigle la Laie et la Chatte Poèmes de Jean de … Wikimedia / Thomas Quine. D’essence masculine, cette construction est l’œuvre des hommes en faveur de la domination masculine. Il raconte au début de son œuvre que Pandore fut créée sur l'ordre de Zeus qui voulait se venger des hommes pour le vol du feu par Prométhée.Elle fut ainsi fabriquée dans de l'argile et de … 2 Un épisode de … Cette expression est tirée de la mythologie grecque. C’est à partir de ce mythe qu’est née l’expression "boîte de Pandore… On la trouve également, avec du minéral, chez les Gorgones, qui ont des ailes d’or, une tête hérissée de serpents, des défenses de sanglier, un cou recouvert d’écailles, et des mains de bronze. Hésiode fournit dans Les Travaux et les Jours la plus ancienne et la plus complète version connue du mythe de Pandore. Les serres et les dents sont des outils de prédation qui se conjuguent à une apparence féminine à l’innocence séductrice. Réalisant les conséquences funestes de sa curiosité, Pandore s’empresse de refermer la jarre, dans laquelle reste la seule Elpis, plus lente à réagir. Nées des gouttes de sperme et de sang tombées sur Gaïa lorsque Cronos mutila Ouranos, ces divinités échappent à l’autorité des dieux et se gouvernent elles-mêmes. Les Sirènes envoûtent par leur chant, la Sphynge pose une énigme, les Furies et les Harpies harcèlent. Les Harpies, comme les Sirènes, sont mi-femmes mi-oiseaux, avec des serres qui leur permettent de ravir les âmes et les enfants. Dans le langage populaire d’aujourd’hui, le dicton « ouvrir la boîte de Pandore » suggère le fait de soulever un problème, ou de … Les Amazones ou le fantasme d’un mundus perversus, Hypothèses psychanalytiques sur le mythe d’Ève, Théologie et anthropologie : les ambiguïtés de l’Ève intérieure, Le fruit défendu : la lubricité comme source ontologique du mal, La Révolution scientifiques des xiie et xiiie siècles, L’époque contemporaine : xixe et xxe siècles, Des théories porteuses d’une idéologie misogyne, Une chronologie utérine tyrannique et dévastatrice, La Bible et Aristote, caution du dénigrement des femmes, Les misogynes dans la querelle de la femme, Il est prouvé qu’elles ne sont pas de l’espèce humaine, L’objet de la querelle, Le « concile de Mâcon », La loi salique au service d’une exclusion politique des femmes, La force biologique comme justification juridique, Le Code civil comme contrefort juridique d’un ordre sexiste, Une exclusion des académies et des loges maçonniques, Une mise à l’écart de la pratique littéraire, scientifique et artistique, Le lexique et la syntaxe comme reflet d’un ordre androcentrique, L’incompatibilité supposée entre la femme et la machine. Chimère, quant à elle, dévore les hommes et le bétail. De fait, la terminologie actuelle, quelque peu dépassée aujourd’hui, depuis le récent affaissement de la culture gréco-latine, plonge ses racines au plus lointain des récits grecs du façonnement du monde. Prométhée y symbolise la réalité concrète et pratique ; Épiméthée, animé du souffle divin, s'unit à Pandore, la beauté pure : de cette union naissent tous les arts. Le déclin de ce dernier serait-il susceptible d’entraîner la fin d’une misogynie que l’on pensait indétrônable ? Mais celui-ci est obéré par la face animale, envoûtante, prédatrice et dévorante. Goethe écrivit en 1788 une suite à son Prométhée (œuvre dramatique inachevée) intitulée Pandora , … De fait, l’agente perturbatrice fut offerte par Zeus à Épiméthée, le frère de Prométhée, qui l’accepta. Autrement dit, à la première femme correspondent les premiers malheurs. Ainsi donc, bien qu’Hésiode l’évoque à peine dans sa Théogonie, la première femme fut jugée, dans la mythologie grecque fondatrice, comme la responsable de tous les maux. Seule l’espérance resta au fond du récipient, ne permettant donc même pas aux hommes de supporter les malheurs qui s’abattaient sur eux. Bertrand Lançon est professeur émérite d’histoire romaine, ses recherches portent sur l’Antiquité tardive. Qui n'allât de vie à trépas : Grand renfort pour messieurs les chats. Cependant, la « boîte de Pandore » – c’est ainsi qu’on la nomme aujourd’hui – reste l’origine des maux, et en désigne comme cause la curiosité de Pandore.  : […] Si elles sont vengeresses, ce n’est pas par méchanceté, mais parce qu’elles vengent la justice bafouée. Ce livre se veut l’archéologie d’un mépris, celui de la femme et de la féminité, tel qu’il s’exprime depuis la haute Antiquité. Quant à la Sphynge, elle se précipite du haut des rochers lorsqu’Œdipe résout l’énigme, et les Sirènes se noient volontairement lorsque l’équipage d’Ulysse échappe à leur chant. On connaît l’histoire qui s’ensuivit, qui est le cœur du mythe de Pandore. Parce qu’il est grand temps d’apprendre à poser – ou pas ! Auteur d’une douzaine de livres et de nombreux articles sur les aspects politiques, religieux et sanitaires de cette période, il a récemment publié, La Chute de l’Empire romain, une histoire sans fin. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pandore/. Sublime ouvrage, magnifiquement écrit et parfaitement référencé ! Dans l’aspect humain de la jeune fille, sans aucun doute. Là aussi, comme dans beaucoup de domaines, le Moyen Âge a filtré l’Antiquité. Dernière modification le 10/11/2020 par Ervael. Dans ce registre, quelle est la place de la féminité ? Mais sa gloutonnerie provoqua la colère de Zeus qui la punit en la transformant en monstre prédateur sur un rocher du détroit de Messine. Irrité contre Prométhée qui avait dérobé le feu du ciel, Zeus lui envoie Pandore comme épouse. Elle signifie que les maux et malheurs ainsi diffusés représentent une adversité qui, elle seule, permet à l’homme de se dépasser et de s’améliorer, sans avoir trop à souffrir de l’attente de la mort. Les opinions exprimées sont argumentées avec rigueur. Ce n’est pas seulement du fait de sa beauté. Plus près de nous, on peut admirer au musée du Louvre une peinture de Clément Belle, datée de 1794, représentant une Allégorie de la Révolution. L’appréciation est plutôt morale. Elle ne retient ni le sort jeté, ni la transformation subie, ni la possible fin de la créature dévorante. Lire la suite. Le mythe de Pandore a comme fondement un conflit opposant Zeus et Prométhée. Réalisant les conséquences funestes de sa curiosité, Pandore s’empresse de … Comme les Furies, les Harpies sont à la fois des êtres féminins partiellement zoomorphes. De plus, il apparaît que leur perception actuelle relève grandement d’une réduction médiévale de leurs caractéristiques. Zeus a triomphé des Titans, mais il est menacé par un mariage avec une femme do […] Le terme grec désigne surtout l’attente et, par définition, les tourments de l’attente, dont celle de la mort. L’utérus ou le sexe vorage et migrateur, tyrannique et penseur, V. Une pléiade de moqueries multiséculaires, IX. D’une virilité si longtemps façonnée par le modèle patriarcal ? La boite qu'elle ouvrit se nomma alors Boite de Pandore. De ce point de vue, le cas des Érinyes/Furies est particulièrement intéressant. On les voit même, dans l’Énéide de Virgile, tourmenter sans fin les âmes des défunts. Patiemment, les auteurs montrent que la misogynie est une construction. Célèbre personnage grec, Pandore est associée au mythe de la boîte portant son nom. Des brumes d’Angleterre aux sables brûlants de Palmyre... Une revisite du Moyen Âge qui vous éclairera aussi et surtout sur l'actualité brûlante. Les Érinyes harcèlent et rendent fou, les Gorgones pétrifient, les Harpies enlèvent les âmes, les Sirènes, de même que Charybde et Scylla, attirent et dévorent. Né à Rio de Janeiro, d'origine très pauvre, métis, bègue, épileptique, il a réussi par sa persévérance, son travail, son talent, peut-être son génie, à gravir les pentes, si dures à l'époque, qui séparaient, au Brésil, les Blancs des gens de couleur, les seigneurs des serviteurs, l'écrivain de son public. Les Femmes Savantes, Lettrées et cultivées dans la littérature des Lumières ou la conquête d’une légitimité, est professeur émérite d’histoire romaine, ses recherches portent sur l’Antiquité tardive. Sorcières, harpies, furies, mégères, amazones, ensorceleuses, tentatrices délétères et empoisonneuses… Les femmes, dotées d’un utérus qualifié de « gouffre impur, venimeux et mortifère », mais aussi considérées comme des êtres inachevés et fragiles, ont subi pendant plus de deux millénaires la violence d’une misogynie enracinée au plus profond de nos sociétés, aujourd’hui encore scellée par le droit et perpétuée dans l’hostilité des a priori et des réflexes comportementaux. Pandore (ou Pandora) est issue de la mythologie grecque, son nom signifie : tous les dons.On la connait également sous le nom de … C’est un bonheur de lire un texte où les nuances de la langue et la syntaxe sont parfaitement maîtrisées. La « boîte de Pandore » et « l'espérance restée au fond » sont l'objet de fréquentes allusions littéraires. Par ailleurs, la monstruosité apparaît comme vulnérable et mortelle : Chimère est tuée par Bellérophon, Méduse la Gorgone par Persée. Cependant, à regarder de près ces récits des origines, ces êtres féminins sont porteurs d’ambivalence. Les Sirènes ne furent dotées d’une queue de poisson qu’à partir du vie siècle de notre ère. A vant d'envoyer Pandore sur Terre, les dieux lui avaient remis une boîte, sans lui dire ce qu'elle contenait, et ils lui ordonnèrent de ne jamais l'ouvrir. Dans un des mythes de la souveraineté, la puissance de Zeus est tenue en échec par le savoir de Prométhée qui en sait plus que tout dieu ou tout homme mortel. Les Romains les appelaient Furies. On le voit, la misogynie qui s’attache aux vocables de la violence féminine ne retient de la mythologie que la caricature de la prédation animale. Elle avait dissimulé la cassette des dieux, mais ses regards intrigués se portaient souvent sur elle, et comme celle-ci n'avait pas de … Cette option est réservée à nos abonné(e)s. Encyclopædia Universalis - Contact - Mentions légales - Consentement RGPD, Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis. Personnage de la mythologie grecque. Pandore, première femme sur Terre, fut créée par Zeus pour se venger de Prométhée, l'homme lui ayant dérobé le feu. Comme si une forme de brutalité, de monstruosité était associée au féminin depuis la nuit des temps. Parmi ceux-ci, outre des qualités et la connaissance des arts, se trouvaient le mensonge et l’art de persuader – cadeau d’Hermès –, ainsi que la curiosité et la jalousie, offertes par Héra ; tant il est vrai que les dieux grecs possèdent les défauts des humains. La « boîte de Pandore » et « l'espérance restée au fond » sont l'objet de fréquentes allusions littéraires. Prométhée, méfiant, refuse de la recevoir. Épiméthée l'ouvre, à moins que ce ne soit Pandore elle-même, poussée par la curiosité : le coffret contenait tous les maux, qui se dispersent à travers le monde. Avec précision, ils distinguent la misogynie du « machisme », posture masculine de domination qui se traduit par un refus d’assumer des tâches et des affects prétendument dévolus aux femmes, du « sexisme » qui traduit une attitude discriminatoire et de la « phallocratie » qui désigne la pensée et les actions selon lesquelles le pouvoir revient aux hommes […]. Goethe écrivit en 1788 une suite à son Prométhée (œuvre dramatique inachevée) intitulée Pandora, allégorie lyrique où se retrouve bien le dualisme, propre à la pensée allemande, entre pensée et action. Procède-t-elle uniquement d’habitudes profondément ancrées en nous ? Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et recevez en cadeau un ebook au choix ! Le mythe du sexe faible dans les discours scientifiques, IV. Nicole QUENTIN-MAURER, « PANDORE », Encyclopædia Universalis [en ligne], Un orientaliste, M.F. Elle s’est appuyée sur les caractéristiques les plus effrayantes de ces créatures mythologiques afin de souligner dans la féminité un caractère terrifiant. Dans la langue française, la lexicologie de la femme acariâtre et violente est florissante. Cette hybridité se trouve chez Échidna, femme et serpent, et chez sa fille Chimère, qui possède un corps de chèvre, une tête de lion et une queue de serpent. La mythologie reflète donc la misogynie des aèdes de l’époque archaïque qui l’ont façonnée. Vous prendrez bien un Dernier Brunch avant la fin du Monde ? Leurs proies sont en effet des humains qui ont transgressé l’ordre cosmique dont elles sont les garantes : ceux qui ont troublé la famille par l’adultère, ceux qui ont commis des meurtres, ceux qui sont coupables d’une hybris (démesure) irrévérencieuse envers les dieux. Un pur plaisir de lire du beau français, pour ce noble thème… Je recommande vivement ! La féminité maléfique dans la mythologie, III. Leur harcèlement n’est donc pas un désordre mais un châtiment contre le désordre. Apaisées par cette purification, elles deviennent les Euménides, c’est-à-dire les Bienveillantes. Lire la suite, Titan, fils de Japet, Prométhée est le « prévoyant » : il connaît tout d'avance, il a tout prévu, contrairement à son frère, Épiméthée, qui ne comprend qu'après. Seule l'espérance reste au fond lorsque Pandore referme le couvercle. Enfin, la Sphynge de Thèbes avait aussi un visage et un torse féminins, mais un corps de lion et des ailes d’aigle. Dans la mythologie grecque, Pandore (Pandôra) est le nom de la première femme. Est-elle partie intégrante de la masculinité ? consulté le 16 novembre 2020. © 2020 Encyclopædia Universalis France.Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés. En cela, elle rejoint partiellement la figure biblique d’Ève, dont les responsabilités explicites sont cependant moins lourdes. Prométhée, un titan, avait créé la race de l'Homme qui rivaliserait avec les dieux. Orphelin, il lui a fallu travailler jeune pour vivre et faire ses études. De ce fait, Pandore se trouve à l’origine de la misogynie, puisque le mythe fait de la première femme le bouc émissaire de la misère du monde. Omettons les divinités pré-olympiennes, car elles appartiennent toutes à la théogonie grecque archaïque, et témoignent d’un chaos originel. – les bonnes questions. Les Hommes ne vieillissaient pas, ne devaient faire face à aucun souci ni maladie, et avaient de … Que ne sait point ourdir une langue traîtresse Par sa pernicieuse adresse ! La bibliographie se conforme aux règles en vigueur dans les disciplines universitaires, ce qui en fait un excellent outil de travail. Disponible sur Amazon, Fnac ou En librairie. «  PANDORE  » est également traité dans : Dans le chapitre « L'émancipation par la culture » Sens du mythe : Pandore symbolise l'origine des maux de l'humanité : ils viennent par la femme, selon ce mythe, et celle-ci a été façonnée sur l'ordre de Zeus, comme un châtiment pour la désobéissance de … Mais son frère Épiméthée accepte Pandore, qui apporte avec elle une boîte mystérieuse. Le mythe de la boîte de Pandore a été largement critiqué comme étant un parfait exemple de misogynie, car il attribue l’origine du mal dans l’univers à l’existence d’une femme. Quant à sa voisine Scylla, elle était une jeune fille, mais fut transformée en monstre par la magicienne Circé, qui en était jalouse. Pour les Grecs, la première femme était donc un cadeau empoisonné, destiné à punir les hommes. I. Scylla, elle, possède le haut du corps d’une jeune fille, mais de ses aines jaillissent six chiens féroces aux crocs aigus. Des malheurs qui sont sortis De la boîte de Pandore, Celui qu'à meilleur droit tout l'univers abhorre, C'est la fourbe, à mon avis. Celui-ci est occupé à brandir sa massue pour terrasser un monstre qui représente les erreurs passées : ce monstre n’est autre qu’une femme ailée, telle une sphynge, dont la poitrine indique la féminité. Par ailleurs, si leurs proies parviennent à trouver quelqu’un qui les purifie de leur crime, les Érinyes changent alors de nom et de statut. Auteur d’une douzaine de livres et de nombreux articles sur les aspects politiques, religieux et sanitaires de cette période, il a récemment publié La Chute de l’Empire romain, une histoire sans fin chez Perrin et, chez Arkhê, Poil et Pouvoir, L’Autorité au fil du rasoir. Autrement dit, l’aspect monstrueux relève ici de la punition subie, la féminité étant en quelque sorte emprisonnée dans un aspect et une fonction contraires à son état primitif. Adeline Gargam est docteure en littérature française, auteure de nombreux articles et de plusieurs livres sur la place et la représentation des femmes des Lumières, elle a notamment publié Les Femmes Savantes, Lettrées et cultivées dans la littérature des Lumières ou la conquête d’une légitimité, chez Honoré Champion. Élargissez votre recherche dans Universalis. Athéna lui apprit à tisser et l’habilla, et elle reçut différents dons de la part des dieux. Mythologies et réalités misogynes au xixe et xxe siècles, I. Dans la mythologie gréco-romaine, elles étaient des oiseaux comme les Harpies, mais dotées d’un buste de femme. Créée sur la volonté de Zeus, qui voulait par elle se venger du vol du feu par Prométhée, elle fut modelée dans l’argile par Héphaïstos. Il y avait dans ses bagages une jarre contenant tous les maux, qu’elle avait ordre de ne pas ouvrir. Si l’adage dit que l’erreur est humaine, l’iconographie moderne insiste ici clairement à la proclamer féminine, pérennisant ainsi une misogynie prenant racine dans les antiques mythologies. Cela pose un grief antiféminin à l’aube de l’humanité, la femme étant pour Zeus un instrument de vengeance. Aussitôt les maux s’en échappèrent : la vieillesse, la maladie, la guerre, la misère, la famine, la folie, la tromperie et le vice se répandirent dans le monde. Ces regards sont ceux des hommes, parfois intériorisés par des femmes ; ils sont puissamment ancrés dans les mentalités par le langage, les images, les théories et les croyances, la littérature, la médecine et le droit. La documentation est remarquable. Craintes et terreurs éminemment cultivées dans un Occident médiéval culturellement dominé par un clergé méfiant à l’égard du féminin… La curiosité insufflée par Héra fut cependant la plus forte et Pandore ouvrit la jarre. En conséquence, le fait qu’Elpis demeure seule enfermée dans la jarre n’est pas à considérer, contrairement à ce que l’on croit souvent, comme un surcroît de malheur. Les récits mythologiques nous apprennent en effet que Charybde était à l’origine une jeune déesse. https://www.universalis.fr/encyclopedie/pandore/, dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis. Cela en fait la figure archétypale du « vagin dentelé » de la psychanalyse. Hésiode écrit que Pandore est un « beau mal » (kalôn kakôn). Leurs doutes, leurs peurs, leurs joies et leurs peines, vous saurez tout de la part "humaine" des juges. Les éléments dominants de cette hybridité féminine sont, on le voit, le rapace et le serpent. À dix-sept ans, app […] Mégère était donc une Furie, tout comme ses sœurs Alecto et Tisiphoné. Mégère est le nom d’une des trois Érinyes de la mythologie grecque. Ces divers vocables ont la caractéristique commune de provenir de la mythologie gréco-romaine, particulièrement riche en avatars féminins monstrueux. Zeus l'offre en mariage à Épiméthée, le frère de … Comment comprendre la misogynie ? Mythe.

Qui Est Le Fils De David Hallyday, Danish Refugee Council Internship, Syndrome De Prométhée, Maladie Auto-immune Symptôme, Les Enjeux Du Recrutement Pdf, Classement Lycée Gironde, Plus Beau Village De France Bretagne 2019,