Sélectionner une page

Être sur le pavé sans rien et ne savoir quoi faire. On dit d’une femme maigre trop décolletée qu’elle montre ses salières. Vagabonder. Résidu, reste de portion. La femme dit cela du mari et, naturellement, le mari de sa femme. Perdre volontairement en taillant une banque et céder la place à un compère auquel on a le soin de donner des séquences. et s. Grand mangeur de soupe. Hardi, audacieux, frisant l’immoralité, — dans l’argot des gens de lettres, qui consacrent ainsi le souvenir de l’Aristide Froissard de Léon Gozlan. Jeter ce qu’on ne veut plus, un renseignement. Part de vol. Empoisonneurs et empoisonnés rient de leur poison. Beau, de bonne qualité, — dans le jargon des marchands. « La savate, que l’on appelle aujourd’hui chausson par euphémisme, est la boxe française, avec cette différence que la savate se travaille avec les pieds, et la boxe avec les poings. Argot classique A. D. Sonnette s’applique à toutes les grignenaudes qu’elles soient de boue ou d’autres matières. Les voilà parties chez Caplaine où elles demandent un demi-septier de sacré chien. Pluie, forte pluie, — dans le jargon du peuple. On dit aussi Cafetiau. Il aime l’argent, il ne néglige aucune occasion d’en gagner. Argot du bagne. Cependant, en suçant, il est bon que ta mainJoue autour des roustons un air de clavecin. Ami du sexe. assez ! — V. Claquer. C’est-à-dire piquer de nouveau son chien. s. m. pl. — Sorgabon, bonsoir, bonne nuit ; qui ne vient pas du tout du basque gabon, bonsoir, comme l’a avancé V. Hugo. — Faire saigner du nez, interroger. Personne courte et grosse. Allusion à la conduite de Grenoble des compagnons du Devoir. v. réfl. To get the free app, enter your mobile phone number. V. Camelotte. N. Tiens ! Avoir un compte ouvert chez le mastroquet (Argot d’imprimerie). s. m. Sucre d’orge, — dans l’argot des petites dames, habituées des Délass Com, et du théâtre Déjazet. En rupture de ban, — dans le même argot [des voleurs]. Accord, coïncidence. Être pris en flagrant délit de vol, c’est avoir son affaire dans le sac. Laid, défectueux, pauvre, — dans l’argot des voleurs. — Surrincette, second, troisième, quatrième, etc., petit verre pris dans les mêmes conditions. Argot du peuple. C’est le pendant de Sage comme une image. s. f. Mauvais tour, action vile, entachée de plus d’improbité que de boue, — dans l’argot des bourgeois, qui emploient ce mot dans le même sens que les Anglais leur slutlery. Russo-italiano Les mouches, quand l’homme est chauve, y patinent à leur aise (Argot du peuple). N. s. m. Rubans très minces et très longs que les petites dames laissent flotter sur leur dos. Signifie aussi : Revenir à la charge ; retourner à une chose. Foutre un savon. La figure est fausse ; c’est le ciboire qui contient le vin qui est le souloir (Argot des voleurs). Nous attendons ta salade. Veut dire : donne-moi. Faire une chose vite et mal, argot du peuple. adv. Gosier. Cimetière. Vient de l’argot des voleurs qui disaient aller à la retape, pour : s’embusquer sur le grand chemin. On dit plus communément : N’en pas f… un coup. On dit aussi : La semaine des quatre jeudis, trois jours après jamais. Vider un verre ou une bouteille sans laisser une goutte de liquide au fond. On nomme ces voleurs des simonneurs parce que ce truc fut inventé par un nommé Simon (Argot des voleurs). Plus que beau. Reprendre des forces, recouvrer la santé, — dans l’argot du peuple. « À l’armée, où les agents du service des subsistances distribuent les vivres aux compagnies, on leur donne le sobriquet de riz-pain-sel. V. Roquefort. Argot des gamins. Ouvrier qui va d’un atelier à un autre, suivant sa fantaisie ou les exigences du travail (Argot d’imprimerie). C’était l’agent de change que suivaient les roussins. C’est principalement l’article chaussure qui atteste l’inépuisable fécondité de leur imagination. Pistolet, — dans l’ancien argot. Paupières qui s’abaissent et se relèvent à volonté (Argot des voleurs). Si nous parlions d’autre chose ? Revenir à la charge, retomber sur un adversaire plus fort que soi. Allusion au fromage de Hollande râpé. Se dit depuis la prise de la smala d’Abd-el-Kader par le duc d’Aumale. s. m. Variété d’Agent de change : homme qui touche une remise sur les affaires qu’il procure à un agent de change. On dit aussi Serpillière à ratichon. Rusianeg-Brezhoneg Id est faire l’article à un client qui part sans acheter ; le Rouen c’est le client. Tuer. Georges Cadoudal, avant son arrestation, avait trouvé asile chez une jeune rapioteuse du Temple. Se morfondre. Ruiné ; c’est-à-dire rôti, variante de cuit, flambé, fumé, fricassé. Gendarme. Allusion biblique à Lazare le ressuscité. Mauvais cigare. v. a. (Boutmy.). Où rien ne manque de ce qui doit en faire l’attrait : vins exquis, chère non-pareille, femmes charmantes, nommes d’esprit, etc. Lettres qui tombent d’une forme quand on la lève et qui se tiennent debout sur le marbre. Les voleurs qui emploient cette expression estiment qu’elle suicide son mari quand elle est par trop acariâtre (Argot des voleurs). — Moyen expéditif de faire rompre un fâcheux. Accouplement de Ruffi et d’Anus. Se faire réprimander par le patron, — dans le jargon des employés de commerce. Des vestiges de rosette s’apercevaient encore sur ces débris souillés d’une élégance disparue. Quand il fait le séducteur,Sur mon honneur ! Peut-être aurait-il trouvé plus à propos de passer pour cocu que pour sodomite. Griller d’impatience ; cuire dans le jus de l’anxiété, Le condamné qui attend le verdict du jury est sur le gril. v. n. Prendre du repos car suite d’infirmités ou de vieillesse, — dans l’argot des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine. Les liens dont l’exécuteur lie les bras et les jambes des condamnés à mort. Qui craquent lorsqu’on les porte pour la première fois. Les Anglais disent A fore-coach-wheel pour une demi-couronne. s. m. Chemin de traverse, — dans l’argot des paysans des environs de Paris. Dis-lui qu’à la chute du jour, elle s’apprête à recevoir les assauts de l’empereur d’Orient. — Se sentir les coudes, être unis, se soutenir entre camarades. Ça te rendrait trop fier. Coller du rototo. s. f. Petit verre d’eau-de-vie pris comme supplément au gloria, — dans l’argot des bourgeois. Chanter très mal. Argent monnayé. Русский мат (Винский Сергей) Site russe dédié au mat avec un dictionnaire. Pour être un rince-pintes, il fallait boire une pinte ou deux en dix minutes. Faire une valse, un quadrille, — dans le jargon des voyous. s. f. Récidive, — dans l’argot des voleurs. Russian-English Voyez, là-bas, le sémillant MercureEt ses fuseaux qui’tricotent gratis,Représentant le dieu qui nous récureEt la maison Giraudeau père et fils. Sans donner l’temps qu’ell’ réfléchisse,J lui r’passe, afin qu’a s’ rafraîchisse,D’la liqueur du nœud conjugalEt l’ sirop d’ navet pectoral. Variante : Traîner la groule. Elle est rigolo pour le voleur, car avec l’argent volé il peut se payer de la rigolade (Argot des voleurs). En ce cas, c’est une corruption de rafler (Argot du peuple). Soldatensprachführer de lard par cent hommes, remuez et servez. Nous vendrons ce butin à la première occasion, et nos profondes auront le style qui leur manque. Nez. Aimer. v. n. Boire outre mesure, — sous prétexte de soif. s. m. Dernier employé du magasin, — dans l’argot des calicots. N. adj. N’avoir pas d’argent. Voici de quoi il retourne pour le quart d’heure. Niais, dans l’argot du peuple, qui a un faible pour les roublards. ». Quelques-uns, pour être plus expressifs, disent : Il me sort par le cul. Belzunce Chr., «  Racaille ! s. m. Sou, — dans l’argot des faubouriens, qui trouvent le billon rude. Renifler, respirer, aspirer avec convoitise, convoiter de très près. Quand un ménage est en désaccord et qu’un raccomodage a lieu, il est rabiboché. Machine à vapeur qui fonctionne mal ; allusion au bruit du piston (Argot des ouvriers). adv. La tête de carton, ou le mannequin sur lesquels la modiste et la couturière essayent leurs chapeaux et leurs robes (Argot du peuple). s. m. Anglais, — dans l’argot des faubouriens. Avoir tout sifflé. Déplaire au public, — dans le jargon du théâtre. Résultat d’une indigestion. Thémire pour me rendre heureuxVeut que de son flambeau l’Amour seul nous éclaire. Celui qui triche aux cartes fait du suif. v. réfl. Un soldat français ne doit pas faire suisse, ne boit jamais seul. Divulguer. s. m. Usurier, — dans l’argot des fils de famille. — Rouspéter, être de mauvaise humeur, — dans le jargon des ouvriers. v. réfl. On dit encore plus familièrement : Tu me sèches ta tata. Patron. Le voyageur Jacques Lesaige dit en faisant allusion aux effets du mal de mer : Loué soit Dieu ! Pièce de cinq francs. eh ! Se ramamicher, se réconcilier. s. f. Grosse faim, — dans l’argot du peuple. — Rengraciement, retour à l’honnêteté. Französisch-Deutsch s. f. Résultat de la digestion. Se griser. On dit encore : Agacer le sous-préfet, se balancer le Chinois, Crier Vive l’empereur, Se donner une Saragosse, Se polir la colonne, Épouser la veuve Poignet, Se coller une douce. Comment, vous appelez donc cela du sucre, mademoiselle ? s. m. Outils, vêtements, affaires, — dans l’argot des typographes. (Argot des voleurs). Allusion au mécanicien qui siffle au disque pour demander l’ouverture de la voie (Argot du peuple). L’image est heureuse : quand un pauvre diable a des bottes éculées et percées, elles reniflent l’eau des ruisseaux (Argot du peuple). Noir.) Mais il ne doit pas songer à la faire cornette. s. m. Très petite quantité, — dans l’argot du peuple. Morgue bourgeoise, stupidité bourgeoise, bêtise prudhommesque. On disait autrefois renauder. Homme riche.— Emballons le saumon avec précaution ; il y a du pèze (Argot des croquemorts). Un ménage désuni se rapapillotte. V. ce mot. N. Faire pressentir une mort prochaine. Dessiner mou, sans vigueur, — dans le jargon des peintres. La plupart d’entre elles portent un petit panier sous le bras et affectent des airs d’ouvrière en course. Elle a deux salières et cinq plats (sein plat). Le rupin même a l’trac de la famine.Nous la bravons tous les jours, Dieu merci ! Le scionneur est loin d’être un artiste en son genre. Prolongation du service militaire. Ces refuges ont pour enseigne : Crémerie. Signal (Vidocq). Ils supportent le corps comme le soubassement d’un piédestal supporte la statue (Argot du peuple). Aujourd’hui, on dit des raseurs. Fêter la Saint-Lundi. 35 pour le ramastiqueur. Malle. Un mot fort en crédit chez les ouvriers qui le mettent devant un autre avec le sens de : dans le goût de, comme chez, semblable à. Schimpfwort Lexikon Collection de jurons et gros mots allemands. v. a. Ramasser, — dans l’argot des voleurs. « Petit ou gros, cher ou bon marché, l’objet qui déplaît au public rentre dans le grand bazar, et le caissier qui a reçu l’argent rend cet argent… Dans le sous-sol on appelle ces objets les rendus. Battre, cogner. Réponse. L Argot Avec Bob Lautre Trsor De La Langue Bob ABC. Vieux libertin, vieillard aussi obscène qu’un singe. Mot usité dans cette formule à peu près invariable du typo en quête de travail : Monsieur, je viens vous offrir mes services pour la casse. Faire suer sur le chêne. Se dit pour : Est-il canaille ! s. f. Petite dame, — dans l’argot des gens de lettres qui ont emprunté ce mot à N. Roqueplan. Argot des bourgeois. Tu vas t’écorcher. Les bourgeois, eux, disent Sapristi ! Vacheron sortit armé d’un bâton pour les repousser. After viewing product detail pages, look here to find an easy way to navigate back to pages you are interested in. Argot de cercles, de tripots. V. Suage. Le condamné qui a purgé sa peine et qui, lors de sa condamnation, a été soumis à la surveillance, est en surbine. On dit aussi Vouer au jaune. Sang. s. f. Repas, — dans l’argot des voleurs. Les exécutés sont des raccourcis. On dit de quelqu’un qui a été pigé — pris une première ibis :— Je vais te repiger une seconde (Argot du peuple). Aujourd’hui MM. Le paquet ordinairement se crève au milieu et présente, avec un peu de bonne volonté, l’aspect d’un soleil, au moins d’un soleil de feu d’artifice. adj. Semonce. L’expression n’est pas de Jules Vallès, — comme on serait excusable de le croire, d’après l’intéressant ouvrage qui porte ce mot pour titre, attendu que voilà une quinzaine d’années qu’on appelle Camp des réfractaires un petit café borgne de la rue Vavin, hanté par des rapins littéraires et artistiques. Allusion à l’accouplement, à l’inséparabilité des frères siamois. Convoiter. — V. Flanelle. On nomme ces rafles un coup d’êpervier, parce que l’on y prend généralement beaucoup de poissons. Lancer à son partenaire les cartes aussi haut que possible afin de pouvoir jeter un coup d’œil en dessous, ce qui permet de les voir et de jouer en conséquence. — Pris en mauvaise part. v. a. Battre ou seulement Rudoyer. Quand on fouille à votre serrureAvec la clef de la nature. Sentir affreusement mauvais de la bouche.— Ce cochon-là pue tellement qu’il fait tourner le bouillon (Argot du peuple). Exclamation de l’argot des bourgeoises, à qui — naturellement — répugne celle de Cambronne. Répliquer vertement à quelqu’un qui vous manque de respect, lui faire comprendre son impertinence. Lexilogos Mots et merveilles des langues d’ici et d’ailleurs. C’est la variante de faire du rabiau. Grogner, refuser. v. n. Avoir l’air étonné, ahuri ; dire des sottises, — dans l’argot du peuple. Le public, — dans le jargon des sociétaires de la Comédie-Française, fidèles gardiens du beau langage, de la tradition et des belles manières. s. f. Écuelle, gamelle, — dans l’argot des voleurs, qui y laissent volontiers tomber leur salive pour dégoûter les camarades. Aussitôt qu’elle eut aperçuLe rossignol que tenait Catherine. s. m. Gendarme de la banlieue, — dans l’argot des voyous. On a commencé à dire des blagueurs. « Sonner un individu c’est le saisir par les oreilles ou par les cheveux et lui cogner la tête contre un corps dur. Il est regrettable que son aiguille habile ne puisse repriser les consciences, il aurait eu un rude ouvrage au Palais-Bourbon (Argot du peuple). Aller gouaper dans les champs sans avoir le sou et s’allonger sur l’herbe pour dormir :— Qui dort dîne (Argot du peuple). Disent les voyous à quelqu’un qui a l’haleine fétide, pour l’empêcher de parler davantage. s. f. Fille ou femme qui ne répond qu’avec aigreur aux observations qu’on lui fait, — qui se rébèque en un mot. T’as soiffé, malheureux, Que c’en est désastreux. Le mécanicien arrête la machine, il stoppe. adj. S’enivrer. Terrasser un adversaire. (L. Larchey) Et, principalement, chanter d’une manière monotone, ou chanter une chanson idiote, une chanson qui rappelle le bruit de la râpe. Proxénète pour le troisième sexe et ses admirateurs. Lui faire peur. Se rebiffer contre une autorité quelconque (Argot du peuple). V. Douille, Larton. Presque tous les corps de métiers, à l’exception des chapeliers, nomment leur patron un singe. Individu qui vit des filles qui se livrent à la prostitution, fainéant, voleur et assassin si l’occasion se présente ; on le trouve en haut comme en bas de l’échelle sociale (Argot du peuple). D’autres industriels en boisson affichent : Assurance contre la soif. Être sifflé, être attrapé en scène, — dans le jargon des coulisses. Les Maurice La Châtre de Poissy prétendent qu’il faut écrire Sorgne. N. s. m. Chopine, — dans l’argot des voleurs. Il pleuvait à verse ; elle était sous son riflard. Beau ; réussi, bien fait, — dans le jargon des ouvriers. On s’étonne parfois de l’aplomb de ces Seize-Mayeux. s. m. Tiroir de comptoir où sont les radis, — dans l’argot des voleurs. Avoir perdu à un jeu quelconque. Manquer une affaire, rater un coup… de fusil, un examen. On dit aussi : En être. Demi-stroc. v. n. et a. Nettoyer à fond la tête de quelqu’un, la bien peigner, friser et pommader. How to be Obnoxious in French Traduction anglaises de phrases françaises qu’on n’enseigne pas à l’école. Be the first to ask a question about ARGOJI dictionnaire d'argot classique. L’autre soir, j’étais entré chez un coiffeur du boulevard, avec l’intention de me faire rafraîchir…. Fièvre, révélation. Terme d’imprimerie. Signifie aussi Mauvais ouvrier, bousilleur. Grogner. » — Id. Sur les bords du canal, il est dangereux de courir passé minuit, quand on a des sonnettes en poches. Madame, en v’là un rup ! Ses cheveux noir-bleu frisaient sous un chapeau gris qui faisait paraître encore plus basanée la figure de son possesseur. Pour terminer, disons que le rouleur tend à disparaître et que le typo laborieux, si prompt à soulager les infortunes imméritées, réserve pour elles les deniers de ses caisses de secours, et se détourne avec dégoût du parasite sans pudeur, dont l’existence se passe à mendier quand il devrait produire. adv. Lorsqu’on a reçu des coups on s’est fait servir. Les jeunes ratissés (le terme est nouveau pour dire gommeux ou petit crevé), les ratissés ont couru et courent encore, comme un seul homme, lorgner, applaudir, rappeler La Goulue et Grille d’Égout… Pourquoi les ratissés ? Outils. Remplacé, depuis, par les désinences, plus euphoniques, mar, muche et mince. À quoi ça m’aurait avancé de faire ma sophie ? Allusion au sondage d’un terrain pour en reconnaître la nature (Argot du peuple). Ouvrier maladroit. On dit aussi Se relicher le morviau. « Aujourd’hui, 1er mars 1840, c’est le titre de bon goût qui a remplacé ceux de petit-maître, beaux fils, muscadins, etc. La ménagère, curieuse de faire connaissance avec le cadeau du fiancé, profite d’un moment pour s’esquiver. Il rebonnète le pécheur avec Dieu. — Faire du renaud, se plaindre, ameuter le monde par des cris. — Recevoir une rouflée que le poste en prendrait les armes. N. s. f. Maison de triste apparence, comme il y en a tant encore dans le faubourg Marceau, nids à rats et à punaises, trous à lapins plutôt que demeures humaines. Malice, coquinerie, astuce. Bordel, où l’on élève à la brochette une foule de beautés de poils différents pour amuser ce polisson de sultan qui s’appelle le Public. Donner son sac. Réplique grossière, gouailleuse, qui, pendant un certain temps, a couru du faubourg dans le monde des filles et dans les ateliers d’artistes. Revolver. Étonnant, merveilleux. Homme sérieux. Je vous dénonce mon propriétaire qui est un rat fini. — Réprimander avec menace de perte d’emploi. Sac renfermant les brosses, la patience, le fil, les aiguilles, etc. Elle s’est essayée sur le sieur Hulot qu’elle a plumé net, oh ! s. f. pl. — Comparaison facile à deviner. Nom donné par les souteneurs de la Commune à quiconque était partisan du gouvernement établi à Versailles. Montrer ses dents. synonyme de beaucoup. Attends toi ! Qui ne réjouit pas du tout la ménagère, lorsque le boucher lui donne plus d’os que de viande (Argot des bouchers). C’est une abréviation de Saint-Domingue, la patrie du tabac. De là, les sobriquets de rogneurs de centimes, rogneurs de rations. Ne pas demander son reste : Rester anéanti. s. m. Pièce de monnaie, argent quelconque, — dans l’argot des faubouriens. Cuivre. — Faire suer les cuivres, jouer d’un instrument de musique en cuivre, — dans le jargon des musiciens. adj. Employer un langage ordurier. Russisch-Deutsch s. f. Le podex, — dans l’argot facétieux des faubouriens. C’est sans doute une contrefaçon ironique du radis, — à cause de l’éructation. S’habiller tout nu, c’est-à-dire : se déshabiller ou ne pas s’habiller du tout. Répondeuse, — dans le jargon du peuple. s. m. pl. on lit dans une mazarinade de 1649. Le sperme, par allusion à la forme du navet et à sa couleur. Fouille, recherche. Prendre, arrêter. Réparer sa fortune ou sa santé, — dans le langage des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine. Entre qui ? » quand on entend remuer l’argent de la banque, parce que ce bruit argentin rappelle celui des cloches qui annoncent la mort du pape. Baiser, le dieu des jardins étant le dieu de l’amour. Les vieux joueurs de boule emploient la même expression à propos du second coup d’une partie en deux coups de boule. » Amen ! Rondiner, battre à coups de bâton. « Pour être compagnon, tu seras lapin ou apprenti, plus tard tu passeras renard ou aspirant. Filou qui vend à une dupe, comme étant de l’or, un bijou en imitation, soi-disant trouvé sur la voie publique. Блатной жаргон « Pièces de cinq, deux francs. Se remettre d’une nuit d’orgie : — bien dormir, ou bien déjeuner. Renoncer à une chose, manifester de la répugnance à la faire. Par altération pour pupitre, et par allusion aux sièges des cochers de tramways qui ressemblent assez à des pupitres. Piquer un renard. Argot classique v. a. Ajouter, — dans l’argot des bourgeois, qui parlent souvent le français des réalistes, émaillé de pléonasmes. des enseignes d’hôtelleries, 1878.). Pisser des reluits, pleurer, — dans le jargon des voyous. C’est très-bien. V. Arçon. La soupeuse aune prime par chaque tête de bétail qu’elle amène au restaurant. v. n. Être fruit sec, — dans l’argot des Polytechniciens. Les marins, voulant peindre le même état d’ennui, d’embarras, de misère, disent au figuré Être affalé sur la côte, — ce qui est, en somme, être à la côte. Allusion au tintement que produisent en se heurtant les pièces, dans la poche du pantalon (Argot du peuple). Afin de tromper la surveillance des adjudants (de l’École polytechnique), celui qui sublime place son lit renversé sur quatre tabourets, rabat la couverture par dessus, et étendu sous cet abri, rumine en paix les problèmes ardus des mathématiques transcendantes. Être à la redresse, être rusé, — dans le jargon des voleurs. Frankfurt a.M.: Eichborn, 2006. On dit à un orateur qui fait un discours maladroit : stoppez, dans le sens de taisez-vous. Mais s’il allait souhaiter quelque préférence exclusive, se croire offensé de mes inévitables infidélités, perdre de vue que je suis aphrodite, et vouloir m’assujetir à son sentimentage ? Plaisant, agréable, — dans l’argot du peuple, qui emploie cette expression à propos des gens comme à propos des choses. Résultat d’une visite aux cabinets inodores. Толковый словарь мата Riche dictionnaire en ligne d’argot russe. Allusion au moutard qui suce une pomme avant de la manger (Argot du peuple). s. f. Ceinture, — dans le même argot [des voleurs]. Enfin je suis seul contre le gouvernement avec son tas de tribunaux et je les roule. s. m. Ouvrier typographe qui roule d’imprimerie en imprimerie sans rester dans aucune, et qui, par suite de son inconduite et de sa paresse, est plutôt un mendiant qu’un ouvrier. S’il y a baisse, comme il a vendu ferme, il encaisse tranquillement la différence ; si la rente reste au même taux, il lui raconte qu’il y a écart de deux ou trois centimes ; dans tous les cas elle est volée (Argot des boursiers). On dit aussi Faire ronfler le bourrelet. Les Romains avaient de plus le mâle de la sœur, qui était le frater. On dit Mousse. Les ouvriers anglais ont la même expression : Flash his ivory. adj. Boire, — dans le jargon des soldats de cavalerie qui disent encore : se rincer les barres. d’Ennery et Charles Edmond a-t-elle inspiré et la chanson citée plus haut et, par contre, la si populaire rengaine. Passer la langue sur le membre viril pour l’amener à érection, et le faire décharger. Ruse. s. f. Atout, — dans l’argot des joueurs. Demander à crédit et se le voir refuser, le redemander à nouveau, c’est repiquer au truc (Argot du peuple). Saigner à blanc. Voler sur une voiture. Synonyme de sentir mauvais (Argot du peuple). Le mot a vécu. Rire sans desserrer les dents. On dit aussi Saveter. s. m. Propriétaire, — dans l’argot des ouvriers viveurs. Battre un individu à coups de pieds et à coups de poings.— Je vais te foutre une bath roufflé (Argot des voleurs). Eh ! Renvoyer quelqu’un. Pochard qui prend trop souvent la barbe. Sapin de muron. En terme de métier, celui qui ne reste pas longtemps dans la même maison s’appelle rouleur. s. m. Ivrogne abject. Jour. Expression des gastronomes pour qui rien n’est sacré hormis la bonne chère. M. Ch. Argot du peuple. Demander de l’argent à quelqu’un ; le solliciter d’ouvrir son porte-monnaie. — Faudra travailler au surin. Elle est tellement rouchie que si les rues étaient pavées d’asperges, elle marcherait tout le temps sur le derrière. v. a. Considérer, regarder avec attention, — dans l’argot du peuple. Baisser la tête sous le feu des projectiles. Il te faut, à tout prix.Sucer des clitoris,Et si l’antiquitéNe l’eût pas fait, tu l’aurais inventé. Aujourd’hui, il signifie tout bonnement maquereau. Homme de lettres. Recours en cassation. Les variantes donnent : Recaler, remballer, requiller. Les queues de renard s’étalent les samedis de paye, le soir, le long de certains trottoirs. C’est-à-dire rasé, ratissé. La buraliste t’a appelée vieille soupente ? Poser une sentinelle. La baiser de façon qu’elle ne réclame pas, — à moins qu’elle ne soit trop gourmande. Il dit aussi Cristi ! Être fortement réprimandé par le patron. N’avoir plus de dents. Décharge de la liqueur balsamique, que les gens qui n’attendent rien du ciel appellent tout bonnement : — du foutre. Roublard veut dire malin, fin comme un renard. Le mot est vieux ; il date de Martinville. s. m. Pièce de cinq centimes, sou, — dans l’argot des ouvriers. On dit aussi Sans-culottisme. s. f. Voiture. Réjouissance. Cette ironie a dû être inventée pour rappeler quelque engagé de bonne compagnie aux règles de la fraternité. L’image n’est pas propre, mais elle exprime bien le fait. s. m. Pince faite à même le drap pour obtenir un bombage, — dans l’argot des tailleurs. On se met à table, on cause, on boit, on rit. Tabac à fumer. On dit aussi Rude. — Allusion au linge tourmenté par le savonnage. Javons bon apétit car je n’avois fait que escorchier le regnart. — Sauce poivrade, très forte semonce. On dit aussi Anguille. — Faire suisse, c’est vivre seul, mesquinement, sans relations amicales et sans appui ; c’est entasser son prêt, lésiner, thésauriser, s’imposer des privations volontaires ou dépenser sournoisement son argent loin des autres. Матом – некоторые русские пословицы, поговорки, афоризмы и устойчивые выражения Une collection d’expressions et de proverbes libertins russes par Denis Yatsouko. Elle introduit dans ma maison,Son rufien, qui sait fort bienFaire son profit de mon bien. s. f. L’estomac, — dans l’argot des ouvriers qui ont servi dans l’infanterie de marine.

La Crise En France En 1789, Maillot De Foot Real, Piercing Oreille Helix Or, Inventeur Du Courant, Cours De Math 2 Bac International Maroc, Mark Allan Anne Parillaud, Coexister Film Complet En Francais,